Compagnie Prana

MALA

Présentation

MALA

logo MALA spectacle danse

English Version

 

Projet chorégraphique 2020

Chorégraphie, danse Brigitte Chataignier avec la complicité du poète Zéno Bianu et du peintre Marc Feld.

Entre deux zones d’énergie, une danseuse avance.

Entre yiddish et sanskrit, vieilles comp- tines et mantras védiques, chants popu- laires des danses du Kerala et chants des communautés juives de Cochin, Brigitte Chataignier découvre peu à peu des pistes inédites, des transversalités fulgurantes.

Résonances et réminiscences, un parcours de signes et de traces, pour renouer les fils du temps et de la distance, dans la transcendance du poème et le déploiement de la peinture.

Au coeur du projet une exploration entre danse, texte et image pour une création qui rencontrera sur sa route nombre de personnes.

             

         Avec Un Tracé, la dernière création, nous avons cherché avec Catherine Legrand des gestes qui pouvaient présenter des ressemblances entre le langage de Dominique Bagouet et la danse indienne Mohini Attam, ainsi qu’avec d’autres styles de danse que j’ai pratiqué en Inde. Cela a donné lieu à une danse assez abstraite, et qui présente des caractéristiques de langages. Ce processus m’a paru ludique par rapport à mes précédentes recherches (Gangâ, Bhopal Blue).

A l’issue de cette création, je me suis demandée comment faire une nouvelle pièce très sim- plement. Pourquoi écrire encore de nouveaux textes, des nouveaux gestes ? J’avais envie de me poser dans un studio, m’allonger dans des espaces différents, et laisser venir des réminis- cences provenant des précédentes créations. Des vers de Zéno Bianu me reviennent …Je marche dans la rue : Elle va vers le Gange, je regarde un tableau ou un paysage : Qui es tu ?, Ô fleuve …

Récemment, en 2018, lors d’un voyage à Cochin (Kerala, Inde) je suis tombée un peu par ha- sard, sur une ancienne synagogue nichée dans une zone non touristique et rencontre Joseph, le propriétaire du lieu. Je fais aujourd’hui le lien avec mon propre passé, mes origines et cette Inde où j’ai été pour apprendre des gestes, des danses.

Cette création est une question : qui devient-on dans ce processus que je décris : le signe, le lan- gage, la transmission, avec les migrations d’un peuple vers un autre pays : qu’est-ce qu’il garde de l’ancien, qu’est-ce qu’il adopte du nouveau, et comment ce mélange créé encore un autre langage, qui ensuite va lui-même voyager …

Je me suis sentie investie de cette mémoire, où finalement la danse, la musique, le chant sont des moyens de survivance et d’existence.

Avec Zéno Bianu, poète, j’ai rencontré Marc Feld, peintre, (qui lui-même travaille régu- lièrement avec Zéno). L’équipe de création se forme aussi avec Sylvie Garot, éclairagiste qui suit mon travail depuis 2007 et Christophe Feldhandler musicien et compositeur.

Chacun a son inspiration. La mienne est une forme de signature, un langage hybride entre le contemporain occidental et le traditionnel indien.

Birgitte Chataignier, Juin 2019

séparateur