Compagnie Prana

avataram

Présentation

Avataram

avataram

A l’heure où les spectacles convergent, se raccrochent ou s’abandonnent aux technologies nouvelles, deux danseuses maîtrisant des répertoires traditionnels présentent un spectacle qui puise dans des valeurs et des qualités ancestrales. L’une, parisienne, a vécu en Inde de longues années ; l’autre, indienne, a vécu à Paris depuis son enfance, puis en Inde auprès des maîtres de son art. Une belle carrière internationale pour chacune les fait se retrouver à Rennes.

Ensemble, elles décident de construire Avataram. Deux femmes, deux styles, deux origines, deux générations, un seul spectacle en deux parties. Une même envie « en résonnance ». La résonnance de l’instrument essentiel des danses indiennes: le tintement des clochettes à leurs chevilles, lien direct avec les musiciens, eux-mêmes porteurs de longues traditions.  Ce spectacle fait rencontrer sur une même scène deux styles codifiés, qui perdurent à travers les âges, car ils ont cette humaine souplesse qui intègre toute évolution.

Les deux styles sont très différents : l’un est tout en courbes douces et fluctuantes, l’autre donne vie à un langage géométrique de l’espace dont il est la miniaturisation. Pourtant, ils sont tous deux des mises en vie des rythmes, des récits racontés par la poésie du chant et la gestuelle expressive et complexe des mains et du visage. Cette gestuelle puise dans un univers mythologique et offre une poésie visuelle et sonore où l’amour humain est l’image de toutes les transcendances. Le spectateur est au centre de ces thèmes aussi universels qu’actuels : ils s’adressent à son « cœur-miroir » ouvert à la beauté.

Avataram, descente terrestre, vous conduit par deux chemins différents et complémentaires :

Le Bharata-Natyam de Maria-Kiran et le Mohini Attam de Brigitte Chataignier,

Détentrices d’un héritage que leurs maîtres leur ont confié, elles le transmettent, le rendent vivant, incarné, libre d’interprétation. Elles en transcendent la technique complexe, nous touchant au plus profond de nous-mêmes. En préservant la rigueur et le cadre de la tradition, elles insufflent un hymne à la liberté.

Eliane Beranger
Anthropologue de la danse

séparateur